Le Monde du Golf

« Le défi du golf, c’est d’accepter d’être imparfait. » Jack Nicklaus

#2 - AUGUSTA NATIONAL & THE MASTERS (Les cofondateurs)


Bobby Jones et Clifford Roberts.



S'il est vrai que l'existence d'Augusta National commence avec Bobby Jones, il est aussi vrai que rien n'aurait été possible sans la présence de Clifford Roberts son collaborateur performant.
 
Lors de leur rencontre, Mr Roberts était un banquier d'investissements de New York qui était tombé amoureux du golf. Il avait passé une partie de son enfance dans un orphelinat, et Jones était tout ce que Monsieur Roberts admirait: un gentleman, un orateur, un vrai sportif et un grand golfeur.

Si Bob Jones a été le cœur et l'âme du club, Cliff Roberts était, de l'avis de tout le monde, sa force motrice. Il était plus qu'un exécutant ou un homme de détails, domaines où il excellait, dans de nombreux cas, il était le générateur d'idées.

Bob Jones avait le nom et les contacts nécessaires pour établir le plan d'adhésions qu'il voulait, mais l'entreprise avait besoin de quelqu'un comme Cliff Roberts pour prendre soin des petits détails et façonner la structure du club. Les ingrédients étaient réunis pour mener à bien cette cofondation.

Bobby Jones
Bobby Jones
- Robert Tyre "Bobby" Jones, Jr., né à Augusta le 17 mars 1902 est le fils d'un avocat, le "Colonel" Robert Purmedus Jones. Confronté à des problèmes de santé, on lui prescrit très tôt le Golf comme activité physique pouvant l'aider à se renforcer. 

- D'entrée, il se prend au jeu et remporte à 6 ans son premier tournoi chez les enfants de son Club hôte: l'East Lake Golf Club (situé à 5 miles du centre ville d'Atlanta, ce parcours créé en 1904, recevra plus tard la Ryder Cup (1963) et le Tour Championship (1998), ce dernier s'y installant de façon permanente à partir de 2004).

- A 14 ans, il gagne la première édition du Georgia Amateur Championship, une victoire qui attire l'attention de l'USGA qui va lui adresser une invitation pour l'US Amateur Championship 1916 à Merion près de Philadelphie en Pennsylvanie. Epreuve où il avancera jusqu'en 1/4 de finale et sera battu 5 et 3 par le tenant du titre de 12 ans son aîné, Robert Gardner.

- Une Star, le "Boy Wonder", comme avaient commencé à le surnommer certains chroniqueurs, venait d'éclore.

- Il dominera son sport durant les années 20, en 8 saisons, de 1923 à 1930, il remporte 13 Majeurs: 5 US Amateurs, 4 US Opens, 3 British Opens et 1 British Amateur. Le 27 septembre 1930, il devient le seul Golfeur à avoir remporté 4 titres majeurs dans la même saison (Grand Chelem).
Il va alors se retirer pour se consacrer à sa famille, ses activités de droit et à son rêve: Atlanta National.

Clifford Roberts
Clifford Roberts
- Clifford Roberts est né le 6 mars 1994 dans une ferme à Morning Sun dans l'Iowa, il semble que son enfance a été difficile, son père ayant à faire face à des difficultés financières va déplacer sa famille de l'Iowa au Kansas, puis en Californie (Où il aurait eu ses premiers contacts avec le golf en tant que Caddie) et ensuite en Oklahoma et au Texas.

- Sa mère étant disparue très tôt, il serait passé par un orphelinat, puis aurait exercé une grande variété de jobs avant de s'orienter vers la gestion financière d'investissements. Il convient cependant d'être prudent, les écrits à son sujet sont parfois contradictoires, voire du domaine de la fiction, avec beaucoup de zones d'ombre (Et il en sera ainsi tout au long de sa vie, la personnalité de Roberts restera assez mystérieuse et souvent controversée, ce qui amènera le Club à ouvrir ses archives au Rédacteur en Chef de Golf Digest, David Owen, afin de mettre fin à certaines rumeurs et tordre le cou à quelques idées reçues).

- Bobby Jones a certainement donné le ton, mais il est clair que Clifford Roberts a drivé Augusta National, il a vécu sur le terrain où il était présent la plupart du temps. C'était un perfectionniste qui n'acceptait jamais les demi-mesures.

Quoiqu'il en soit, la paire de cofondateurs était formée, il ne manquait plus que l'Architecte, ce sera l'objet de la prochaine note...

Retour au recueil >>>

Lundi 2 Janvier 2017
Serge Lechaptois