Le Monde du Golf

« Le défi du golf, c’est d’accepter d’être imparfait. » Jack Nicklaus

Arnaque de Noël ?


Bracelets à Hologrammes : Power Balance devra rembourser !



 Arnaque de Noël ?

Surf Prevention 

On dirait que l’arnaque du siècle touche à sa fin en Australie. La fameuse marque de « bracelets magiques » Power Balance a été contrainte de reconnaître la publicité mensongère qu’elle a faite autour de ses bracelets sous la pression de la Commission Australienne du Consommateur et de la Concurrence (ACCC ). La marque devra rembourser tous les clients se sentant lésés par les promesses trompeuses de cette marque de bracelets de pacotille.

Sans fournir la moindre explication rationnelle et sans même avoir le moindre embryon de preuve scientifique de leur efficacité, la marque mettait en avant l’amélioration de la force, de la souplesse et de l’équilibre que ces bracelets étaient censés produire. Ils ont donc été contraints de retirer toutes ces informations totalement mensongères de leur site Internet et du packaging de leurs produits. Les termes de « performance technology » devront également être retirés, y compris des bracelets.

Tout avait en fait commencé comme une farce quand des petits malins s’étaient amusés à faire des tests-bidons à des surfeurs à Hawaii. Mais face à la crédulité sans borne de millions de personnes et grâce à un marketing savamment orchestré, les bracelets à hologrammes étaient devenus le succès commercial de cet été dans les surf shops et magasins de sport spécialisés du monde entier. De nombreux athlètes et people s’étaient prêtés au jeu comme les surfeurs Brett Simpson, Bruce et Andy Irons, le footballeur Cristiano Ronaldo, le basketteur Shaquille O’Neill…

Le site Internet Surf Prevention avait été le premier media français à alerter les internautes de cette supercherie. Mais malgré de multiples parutions dans les medias nationaux, il semblerait qu’en France, la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF ) n’ait pas encore pris de mesures similaires à celles de son homologue australien malgré des centaines de milliers de bracelets vendus dans le pays… Comme le montre l’affaire du Mediator, on a souvent un métro de retard sur ce genre d’affaire qui fait gagner beaucoup d’argent à quelques-uns au détriment de la santé des autres…

Si la décision fait jurisprudence, ce sont non seulement les marques qui se sont engouffrées dans ce créneau lucratif mais aussi les vendeurs qui auraient mis en avant des allégations mensongères qui risquent de devoir rembourser aux nombreux consommateurs qui se sont fait berner, voire de leur payer des dommages et intérêts.
Ces bracelets à hologrammes ne sont rien d’autre qu’un miroir aux alouettes mais on ne peut leur enlever un pouvoir : celui de vous alléger le porte-monnaie ! Il est triste de voir que dans des pays développés, on laisse libre court à ce genre de supercherie qui dupe aussi des gens réellement malades. C’est le grand retour des charlatans…


Dimanche 26 Décembre 2010
jean-jacques guillaut