Le Monde du Golf

« Le défi du golf, c’est d’accepter d’être imparfait. » Jack Nicklaus

El Mojito !




El Mojito !
L'histoire du cocktail
L'origine du Mojito vient de Francis Drake, connu à l'époque sous le nom "El Draque" (le Dragon), qui était un celèbre pirate anglais (premier homme anglais à faire le tour du monde) et avait un repère situé à "La Isla", qui est la "Isla de la Juventud" à Cuba. Cet écumeur des mers avait incontestablement bon goût, il était séduit par ces paysages naturels restés vierges et leur quiétude. C'est cette même île de la mer des Caraïbes qui inspira Robert Louis Stevenson pour écrire "L'île au trésor".

Francis Drake, pendant son tour du monde et entre 2 pillages en 1578, y accosta et bût dans une taverne avec son équipage pour fêter leur dernier butin. Ils aimaient siroter des  feuilles de menthe pilées avec de l'eau-de-vie locale (précurseur non raffiné du rhum cubain actuel) et du citron vert. Ils buvaient l'ancêtre viril et rustique du mojito qu'ils appelaient le "Draque" (pseudo du celèbre corsaire qui était aussi amiral et capitaine de l'équipage). La recette est restée à la "Isla" et s'est perpétuée jusqu'à se consommer régulièrement sous le nom de "Draquecito". 
Bien plus tard, le règne de la mafia cubaine entre 1910 et 1920 a permis de raffiner le rhum. En 1946 "La Bodeguita del Medio" décide donc de réaliser une variante raffinée du "Draquecito" afin de le rendre plus accessible.  Ils ajoutent du sucre et du citron, revoient les dosages et appelèrent cette recette "Mojito" (amalgam violent de mojadito (humide) et de mojo (sauce culinaire cubaine, voulant aussi dire "charme" en afrique du sud). Nom bien trouvé pour une boisson qui se veut séduisante et tropicale. Peu de temps après, les Cubains la préparèrent partout et au milieu des années 20 elle était devenue la boisson nationale de Cuba. Prononcez à l'Espagnole :"Morito".

Le Mojito fut rapidement exporté vers les Etats-Unis et notamment Miami où il atteint une énorme popularité, puis New York et San Francisco. Dans les années 1990, le Mojito rejoignait finalement l'europe grâce à l’importation de la cuisine tex-mex.
Ernest Hemingway aimait siroter des Mojitos à "La Bodeguita del Medio", mais sans sucre parce qu'il ne digérait pas le sucre non raffiné, ce qui a donné naissance au  Papa Hemingway et au Hemingway Special car on le lui préparait avec du Gustos Maracino (une liqueur cubaine à base de cerises) et/ou un zeste de pamplemousse. 

El Mojito !
Ingrédients
- En théorie du rhum cubain (Havana Club ou Bacardi). Peu importe la couleur, si vous en prenez du blanc, il sera plus jeune et beaucoup moins parfumé qu'un rhum ambré vieilli en fût de chêne. En fonction du choix du rhum, le goût de votre mojito sera différent tout comme les dosages. J'utilise pour les miens une valeur sure qui ne m'a jamais fait défaut : le rhum du Père Labat. C'est un rhum blanc ultra parfumé qui adoucit le goût du mojito et accentue les nuances.
- Du citron vert. Ne pas céder à la tentation d'acheter du jus de citron pre made. Prenez patience et découper moi tout ça en 8ème (voir plus si affinité). L'ajout du citron est un moment crucial dans la montée en puissance du cocktail !
- Des feuilles de menthe. A savoir qu'à Cuba, le mojito se prépare uniquement avec de la Hierba Buena : de la menthe poivrée.
- De l'eau gazeuse. Encore une fois c'est une question de goût mais rappelez vous un vrai mec, un lendemain de cuite, ça boit du Perrier en lisant l'équipe à la terrasse d'un café avec sur le front des lunettes noires en guise de juge de paix. Et moi je suis un vrai mec.
- Pour finir, vous devez ajouter dans votre cocktail du sucre afin de pallier à l'amertume du citron (j'utilise du sucre roux très fin). Si jamais après réalisation votre mojito vous apparaît trop chargé, n'hésitez pas à rajouter du sucre de canne liquide pour l'adoucir.

El Mojito !
Préparation
Tout d'abord sachez qu'il existe plusieurs écoles. Soit on le prépare directement dans le verre (auquel cas je vous souhaite bonne chance pour piler vos citrons si jamais vous avez fait ce choix hérétique) ou bien au shaker.
Dans tous les cas la 1ère étape consiste à placer les feuilles de menthe ventre à terre, d'ajouter le sucre par dessus (en très légère proportion, juste de quoi contrer le citron) puis à piler vos citrons (préalablement coupés en morceaux) délicatement sur le tout. Le but du jeu est de faire ressortir les essences de la menthe alors on chausse son 36 fillette et on pile molo.
La suite dépend de votre façon de voir les choses:
- Si vous avez préparé votre Mojito directement dans un verre, ajoutez y alors de la glace pilée puis l'eau gazeuse et enfin le rhum ! Mélangez délicatement le tout à la paille (ou à la cuillère si vous êtes un James Bond en herbe) et mettez vous à rêver. 
- Si vous avez préparé votre Mojito au shaker, ajoutez quand même de la glace pilée dans un verre vide (ben oue vous allez quand même pas le boire au shaker le Mojito, et la bienséance alors ??), de la glace pilée au shaker avec le rhum et secouez le tout délicatement.
WARNING : ne rajoutez le perrier qu'après le passage au shaker. Je vous rappelle en effet que le perrier est une boisson gazeuse et que quand on secoue une boisson gazeuse, on en colle plus par terre que dans le verre. 

NB: A servir dans un verre "Tumbler". Les dosages que j'utilise sont 1/2-1/3 (ça dépend du temps et de la conjoncture) par rapport à l'eau gazeuse. On peut ajouter une pointe d'angostura pour réhausser le goût.
 

Samedi 26 Juin 2010
jean-jacques guillaut