Le Monde du Golf

« Le défi du golf, c’est d’accepter d’être imparfait. » Jack Nicklaus

Global Rainbow "une installation laser monumentale"


Vous avez encore ce soir pour le voir dans le ciel toulousain !
En traversant le ciel de Toulouse à partir du sommet de l’arche Marengo, il réunira symboliquement la ville nouvelle et la ville ancienne pour construire un pont de lumière entre le passé et le présent.



Global Rainbow "une installation laser monumentale"
Yvette Mattern artiste portoricaine vit à Porto Rico, en 1963 et vit à présent entre New York et Berlin. Elle travaille principalement  dans  les nouveaux medias (vidéo, film) qu’elle fusionne avec les arts plastiques, la sculpture et la performance. 

Elle est diplômée de l’Ecole des Beaux-Arts de  Columbia University et a enseigné à l’Université de Albany (New York). Elle a reçu de nombreux prix aux Etats-Unis, en Angleterre, Norvège ou Allemagne. Elle a exposé à Venise, Rome, Valencia, Riga, Berlin, New York… 

Son projet Global Rainbow, a été conçu en résidence au Centre d’art contemporain de Varsovie en 2007. 


Global Rainbow "une installation laser monumentale"


Il s’agit d’une installation laser monumentale : un arc en ciel horizontal composé de rayons lumineux représentant le spectre des sept couleurs de l’arc en ciel. Emettant lumière et espoir, il symbolise l’espérance d’une société unie. Il peut être considéré à la fois comme un transmetteur et un receveur.

L’arc en ciel est aussi une évocation de la puissance du phénomène naturel, de valeurs sociales comme l’espoir, la tolérance et la paix. 

Semblable à l’impact d’un arc en ciel naturel, Global Rainbow provoque l’émerveillement. Il ne s’agit pas d’imiter la nature, mais plutôt de recréer les sensations ressenties à l’apparition d’un arc en ciel. Cette oeuvre agit comme un symbole de restauration de la confiance dans la nature humaine. 

Global Rainbow a été présenté pour la première fois en janvier 2009 à New York au moment de l’investiture de Barack Obama, puis lors du Festival Transmediale à Berlin en février 2010.


Samedi 16 Octobre 2010
jean-jacques guillaut