Le come-back des pin-up


Au Crazy Horse, à Paris, une vente érotique mais chic, avec, en vedette, les dessins d'Aslan.



Le come-back des pin-up

Quatrième du genre, une vente­­ rassemble plus de 450 images mythiques signées par de grands artistes qui ont fait la une des magazines de légende. C'est une première ! Les célèbres danseuses du Crazy Horse seront remplacées par des pin-up, le temps d'une vente aux enchères. Place au spectacle: pour ces 453 lots dont les montants s'échelonnent de 100 à 12.000 €, Pierre Cornette de Saint-Cyr a préféré quitter l'univers impersonnel de Drouot pour celui, intimiste, du cabaret parisien.

Érotique mais chic, le cata­logue, consultable sur le site de la maison de vente, est un défilé de jeunes femmes en tout genre : des vraies pin-up en bikini rouge de Peter Driben (de 8000 € à 10.000 €), aux rousses à bustier ou blondes aux yeux verts traitées de façon pop art par Walter Minus (de 300 à 400 €).

Paul Smith et SAS 

Tous les grands illustrateurs français et américains (Baron von Lind, Berthet, Loris Ted Withers, Brenot…) sont réunis, mais aussi les dessinateurs de BD (Manara, Dany, Gill Fox, Guido Crepax), ainsi que des signatures de l'art moderne et contemporain comme Pascin, Jef Aérosol, Mel Ramos et de nombreux photographes dont Marc Robin, Éric Neveu, Uwe Ommer, Christophe Mourthé ou Guy Le Baube.

Retour aux années 1960-1980 avec les œuvres d'Aslan, connu notamment pour son célèbre buste de Brigitte ­Bardot en Marianne, très difficile à trouver sur le marché (de 1500 à 2000 € l'épreuve en plâtre). Né en 1930, ce peintre, dessinateur et sculpteur avait mis son goût de «l'intimiste hyperfiguratif» au service du magazine Lui. Créé en 1963 par ­Daniel Filipacchi avec les béné­fices de Salut les copains, le magazine «de l'homme moderne», mêlait articles de fond et jolies femmes dénudées souvent célèbres, dans un style polisson chic. «Seule Catherine Deneuve n'a pas voulu poser», raconte Éric Neveu, le créateur de Newlook, avatar de Lui. Cette vente est l'occasion de saisir les dernières gouaches originales de cet artiste qui a dessiné la pin-up du mois de Lui pendant dix-huit ans (à partir de 5000 ou 6000 € pour Sylvie Vartan dans le numéro 75) mais aussi les dessins érotiques à la mine de plomb de Laurie, Romy ou Julie (à partir de 2500 ou 3000 €).

Très reconnaissable, sa signature est partout: sur des calendriers (de 180 à 200 € pour celui de Jean Lavigne en 1973), des cartes postales (de 30 à 40 € l'ensemble de trois des Folies Bergère) sur des jeux de cartes (de 20 à 30 €), sur des pochettes de disques (de 120 à 150 € les six de la collection complète «Après minuit») et même sur des gants de toilette (de 60 à 80 € les deux pochettes) ou des réveils matin (de 150 à 180 €). Le nombre de fans du célèbre illustrateur qui devint l'ami de César est proportionnel à sa cote, qui a grimpé: plus de 13.000 € pour une gouache originale. Son livre sorti en janvier 2010 a été épuisé en deux mois, et le couturier Paul Smith vient de signer une licence pour faire apparaître ses pin-up à l'intérieur de ses sacs et portefeuilles.

Avec 70 lots, la seconde partie de la vente est consacrée à la photographie de charme et propose des œuvres de Guy Le Baube, dont les photos ont fait les unes de Vogue, Harper's Bazar, Elle ou Marie Claire, ou de Christophe Mourthé et Thierry Vasseur, dont les tirages ont illustré les couvertures de SAS. Provenant de la collection de ­Gérard de Villiers, celle de Sarah Marshall numérotée 1 sur 8 est estimée à 300 à 500 €. Ces images iconiques devraient attirer de nombreux collectionneurs. On se souvient de la collection de Pierre Lescure qui avait rencontré un franc succès en mai 2004 chez Sotheby's.


Vendredi 21 Janvier 2011
Jean-jacques Guillaut