Le Monde du Golf

« Le défi du golf, c’est d’accepter d’être imparfait. » Jack Nicklaus

Le poulet Domical.... Aprés votre parcours !


Divin poulet landais
La volaille des Landes a obtenu le Label rouge en 1965 et l'IGP (indication géographie protégée) en 1998.



Le poulet Domical.... Aprés votre parcours !

Recette : Poulet aux quarante gousses d'ail

Pour 4 : 1 poulet landais découpé, 4 cuillerées à soupe d'huile d'olive, 40 gousses d'ail avec la peau, sel, poivre, tranches de pain grillé.

Faire rissoler à l'huile d'olive les morceaux de poulet dans une cocotte en fonte, jusqu'à ce que la peau prenne une belle couleur dorée. Retirer le poulet de la cocotte.

Détacher les gousses des têtes d'ail, dont on aura simplement enlevé les peaux blanches, les mettre en cocotte. Ajouter sel et poivre au poulet, remettre en cocotte. Couvrir, laisser cuire à feu doux 1 heure et quart, sans rouvrir le couvercle pour ne pas laisser s'échapper la vapeur.

Récupérer les gousses d'ail fondues. En tartiner des tranches de pain grillé à servir en accompagnement.


Il est beau, jaune, vif, se promène en liberté dans la forêt des Landes, sans clôture, ce qui en fait un petit cousin estampillé Sud-Ouest du glorieux bressan. A obtenu le Label rouge en 1965, l'IGP (indication géographie protégée) en 1998. Sa capitale est Saint-Sever, sa fête annuelle est la Festivolailles, le premier week-end de décembre.

Mais, toute l'année, on peut goûter la volaille des Landes, qui se décline en chapon gras, dinde, poularde ou pintade. On aime le "bon poulet landais", comme dit Michel Guérard, son défenseur émérite à Eugénie-les-Bains, pour sa chair équilibrée entre fermeté, finesse, tendreté. Bernard Bissonnet, des Boucheries nivernaises, qui vend également de la bresse ou du loué, recommande les petits poulets landais d'Arnaud Tauzin, exquis en cocotte, aux jolies cuisses dodues et au blanc délicat.

À la vapeur, au four, sauté, braisé, bien grillé, le poulet landais fait aussi un aliment de santé qui peut entrer aisément dans les cures diététiques. Peu calorique, pauvre en lipides, gorgé de protéines, source de vitamines, de calcium, phosphore et magnésium, il peut se goûter aisément tous les jours : en poule au pot, farci, confit, en poularde familiale comme en chapon de grande fête.

Le Point.fr


Dimanche 6 Mars 2011
Jean-jacques Guillaut