Le Monde du Golf
« Le défi du golf, c’est d’accepter d’être imparfait. » Jack Nicklaus

LPGA - Des nouvelles de Joanna!


Nous allons la retrouver au HUGEL-JTBC LA Open la semaine prochaine.



Hello tout le monde !

J’ai mis beaucoup de temps avant de me décider à vous donner des news tout simplement en raison de mon incertitude sur l’état de mon épaule, et ma motivation à revenir après une pause aussi longue (4 mois d’arrêt).

Alors que je vous avais dit que j’étais confiante de pouvoir reprendre le golf mi-janvier, finalement je ne pouvais toujours pas effectuer plus qu’1/3 de swing début février. Ayant l’impression de ne faire aucun progrès dans ma rééducation, je perdais progressivement tout espoir de reprendre le golf. Et pourtant 4 jours par semaine, j’étais chez le kiné pendant une heure, et tous les jours j’étais contrainte de faire des exercices avec le TRX (Total Resistance eXercice) en excentrique, ce qui physiquement était très pénible. Puis soudain, vers la 3ème semaine de février, j’ai constaté une amélioration, et petit à petit, j’étais capable de grimper en amplitude. Alors j’ai commencé à taper mes premiers drives en mars.

Pour ceux qui vivent à Paris, vous savez que le temps n’a pas été très propice à une pratique du golf régulière. Les tendons n’aimant pas le froid, il a fallu que je sois très raisonnable.

Aujourd’hui physiquement je me sens bien, mentalement aussi. Techniquement, le petit jeu est bon. Pour ce qui est du grand jeu, j’ai essayé avec le peu de temps que j’ai eu avec Florence Le Jacques d’arrondir mon swing pour moins solliciter mon épaule. J’ai toujours eu un swing très vertical avec peu de rotation du buste et des mains qui montaient très haut. Aujourd’hui, je vise un swing avec davantage de rotation du buste et des mains légèrement plus basses. C’est en effet nettement moins contraignant pour mon épaule. Il faudra juste du temps pour que ça devienne naturel et performant sous pression.

Je suis arrivée hier soir à Phœnix, où je vais pouvoir m’entraîner dans d’excellentes conditions pendant 4 jours avant de m’envoler pour la Californie, où je jouerai 2 tournois d’affilée, 1 à Los Angeles et 1 autre à San Francisco. J’enchaînerai ensuite avec un tournoi à Dallas. Sur les 8 prochaines semaines, je vais jouer 6 tournois avec certitude.

Je suis très heureuse de reprendre la compétition. Je n’ai pas d’attentes particulières. L’adrénaline me manque, ainsi que le désir s’accrocher et de ne jamais se laisser abattre. C’est comme si j’avais besoin de ma « leçon de mental ». Car il n’y a qu’en situation qu’on progresse mentalement. On a beau lire tous les bouquins de mental et consulter tous les meilleurs psychologues du monde, si vous ne mettez pas en pratique ce que vous apprenez, ça ne sert à rien. C’est sur le terrain que ça se passe, c’est en situation de pression qu’on doit puiser au plus profond de soi, et se sortir les doigts (excusez moi pour la vulgarité de l’expression mais y’a pas plus clair je trouve). Et c’est aussi dans l’échec qu’on apprend le plus sur soi même, qu’on se remet en question et qu’on améliore son propre « Soi ». Je pense que c’est valable aussi bien pour moi que pour chacun d’entre vous dans votre métier.

Si je reviens à la compétition, c’est que visiblement j’ai le désir d’accomplir encore des choses. Il ne faut jamais s’arrêter de rêver, et ce sont les rêves qui vous donnent cette énergie pour vous lever avant le soleil et vous entraîner comme un fou du matin au soir.

Ceci dit, j’ai appris avec l’expérience à mieux équilibrer mon entraînement. Je recherche aujourd’hui la qualité et non forcément la quantité. Et je laisse davantage de place au travail mental.

J’espère que 2018 a bien démarré pour vous tous, à bientôt et merci pour votre fidèle soutien!

Joanna


Mercredi 11 Avril 2018
Serge Lechaptois